USA 2018

25 mai - 9 juin 2018

Chers fidèles abonnés

Ici l'Amérique !

Nous nous doutons, Cissou et moi, que vous attendez nos messages en trépignant d'impatience. Le 25 mai, nous voilà donc repartis une 7e fois en terre américaine. Les 9 heures de voyage via Londres nous ont semblé plus aisées que lors de nos expéditions précédentes avec deux bémols :

- la délicieuse cuisine de notre Britannique préférée, notre chère Brenda, ne nous avait pas préparés à l'ignoble salmigondis servi à bord de British Airways
- les sièges de l'avion nous ont semblé plus étroits, mais j'en entends qui suggèrent que peut-être ça ne venait pas du contenant, mais du contenu...

etang-de-berre.jpg

C'est à Denver que nous avons atterri. L'Amérique de Trump nous a semblé plus efficace côté accueil : notre première découverte a été celle des automates pour le scan des passeports, des empreintes digitales et la photo Il y avait l'équivalent à Marseille au départ, mais sans la photo. Ou alors, c'était bien discret. Ce qui ne dispense pas du bref entretien au guichet du policier des frontières, mais semble accélérer le processus. Moins de 2 heures entre le moment où l'avion a posé ses roues sur le tarmac et celui où nous sommes entrés dans la chambre d'hôtel. Y compris la récupération de la voiture.

Première surprise : Francis pensait que nous serions près du centre-ville, mais l'aéroport de Denver est entouré de plein de rien. 30 ou 40 km à la ronde, il y a de la prairie, enfin des carrés d'herbe dans un camaïeu de verts et de jaunes, soigneusement clôturés, même s'ils n'ont l'air de servir à rien (pas de culture, pas de bétail), sillonnés de larges routes à 2 ou 3 fois 2 voies avec des terre-pleins centraux pouvant accueillir un terrain de foot, où la circulation est fluide, et même assez ... tonique.

prairie.jpg

Nous avons choisi un beau SUV, un 4x4 Subaru Forester du plus joli vert lichen. Lors de la prise en main, nous avons presque eu l'impression qu'il nous faudrait un escabeau pour y grimper et on se croyait déjà les maîtres du monde. Mais dès qu'on s'est retrouvés dans la circulation, on s'est rendus à l'évidence : on était à peine dans la moyenne, entourés de véhicules tous plus monstrueux les uns que les autres. Tout est une question d'échelle : au Canada, la Nissan Rogue nous avait semblé rien que normale et les locaux pensaient que c'était même un peu juste. Et quand on l'a vue près de chez nous sous le nom de X-trail, dans le paysage, c'est quasi un camion.

Donc, dans la prairie-qui-sert-à-rien, on rencontre par moment, après 5 ou 10 km de ce désert verdoyant, un agglomérat de constructions : quelques maisons avec un mall, ces sortes de mini-centres commerciaux en bande à ciel ouvert, avec une supérette, une banque, un resto rapide mexicain, une station-service ou plus loin un groupe de gros hôtels et pas grand chose d'autre, comme là où nous avons dormi

Deuxième surprise : la météo. Cissou s'était bien renseigné, il regardait tous les jours la température de Denver : 6°, 8° et ensuite on devrait aller en montagne, où l'on n'était pas sûrs que les routes seraient déneigées. Forts de l'expérience canadienne, on avait tout prévu : polaires, bonnets et gants. On se disait que pour les raquettes, on se fournirait sur place. Aussi les 32° orageux qui nous ont accueillis à Denver nous ont un peu surpris. Bien sûr, il va nous falloir compléter la garde-robe et comme Cissou adore le shopping, ça tombe bien, hein ?

 

Pikes Peak

Pikes Peak

Le 26 mai, nous n'avions pas encore récupéré, côté décalage horaire, un peu morts dès 19h et sur le pied de guerre à 2h du mat. Encore 10 jours et on sera recalés. Nous avons donc pu partir aux aurores pour l'expédition du jour : l'ascension de Pikes Peak. Plein Sud depuis Denver, on bifurque à Colorado Springs, puis la route serpente au fond d'une vallée étroite dominée de falaises abruptes et de roches déchiquetées de ce beau rouge qui nous font retrouver notre Colorado préféré. Enfin, étroite la vallée ? tout est relatif: la route est quand mêmes aux normes américaines et trouve le moyen de s'étaler avec voies séparées, parfois 2x2 voies.

Ça commence à bien grimper et entre Cascade et Manitou Springs commence la montée vers le sommet de Pikes Peak.

Depuis Colorado Spring à 1840 m d'altitude, on va en 2 heures de temps arriver sur le sommet de Pikes Peak à 4300 m. Tout en voiture. Et sans pallier de décompression ! Pour nous qui vivons au niveau de la mer, les 4300 m sans transition nous ont vraiment essoufflés, pas vraiment le mal des montagnes, juste le souffle court, comme si l'on avait couru le 100 mètres, mais sans le bénéfice de l'effort. Et les 8° ventés contrastaient aussi avec les 30° de la vallée.


Toute la grimpette nous avait offert des points de vue exceptionnels sur des sommets enneigés, de longs lacs bleu dur, de petits lacs ronds gris et verts, des éboulis, des névés ou quasi, des perspectives vers d'autres chaînes de montagne à plus de 100 km.


Et nous étions tellement émerveillés, enivrés, que sur le coup, nous ne nous sommes même pas interrogés sur l'opportunité de transformer en attraction une montagne de 4300 mètres (15$/perssonne), d'arraser son sommet pour en faire un parking géant et de zébrer ses pentes naturelles d'une route de 30 kilomètres au profil confortable, mais qui donne lieu une fois l'an à une célèbre course de côtes. Certes la nature y est violée, mais des montagnes comme celle-là, il y en a plein d'autres, après tout : rien qu'au Colorado 52 sommets dépassent les 14000 pieds (4200 mètres)

Le record de la montée était détenue par Sébastien Loeb sur Peugeot depuis 2013. Mais il a été détroné ce 24 juin 2018 par Romain Dumas, un Français également, sur la Volkswagen I.D.R. Pikes Peak ,une voiture éléctrique.

PikesPeak est géré par la ville de Colorado Springs et l'accès à la route qui monte au sommet ne bénéficie pas du Pass America the Beautiful des parcs nationaux américains. Les photos ont été géolocalisées au sommet, alors qu'elles ont été prises tout au long de la route de 30 kilomètres.


Authors: Cissou, Kat & Cissou, Katryne
Memorial Day

Memorial Day

Nous étions étonnés de voir autant de vacanciers américains pendant ce dernier week-end de mai. En famille, en solo, en duo, en troupeau, en rando, à vélo ...  Ils occupent un peu trop notre espace de touristes patentés et perturbent notre planning. Et bien, c'est à cause du Memorial Day, ce lundi férié où les Américains rendent hommage à leurs soldats morts pour défendre la patrie. Les cimetières militaires sont pavoisés, certes et notre hôtel a jalonné l'allée de drapeaux de bonne taille. Mais chacun à sa manière doit pouvoir montrer qu'il se souvient et s'il manque d'imagination, le dieu du commerce n'allait pas laisser passer cette occasion : les supermarchés sont inondés d'accessoires bleu-blanc-rouge, que l'on pourrait parfois recycler pour notre 14 juillet.

Des drapeaux, bien sûr, mais aussi des cocardes, des chapeaux, des t-shirts, des gâteaux "patriotic" et aussi des fleurs pour le cimetière, des fleurs artificielles en gerbe, sur une croix ou en couronne. Ça surprend quand même les couronnes mortuaires au supermarché, entre le rayon du popcorn et l'allée du coca.

Le patriotisme de l'Américain est chose sérieuse, dont on ne plaisante pas et pourtant il n'a pas besoin de solennité empesée pour s'intégrer à une vie quotidienne haute en couleur (du moment que c'est bleu-blanc-rouge).


Author : Katryne
Manitou Springs

Manitou Springs

Le 26 mai donc, à la descente de Pikes Peak, nous avons tenté de parcourir le parc du Jardin des dieux (Garden of the gods in the text) près de Colorado Springs, un réseau de promenades aménagées entre des amas de rochers rouges spectaculaires, mais l'on s'est retrouvé dans autant de circulation qu'à 6 heures place de la Concorde. Nous y avons engrangé peu de souvenirs et perdu beaucoup de notre calme. Et aussi le contraste était grand entre l'oxygène (même plus rare) du sommet de Pikes Peak et les vapeurs des pots d'échappement.

Aussi quand notre hôtel de Manitou Springs nous annonce que l'eau est coupée en ville et qu'on nous propose d'annuler la réservation, c'est avec reconnaissance que nous quittons le secteur pour nous diriger plein Sud, à l'aventure, soit sans réservation, ce qui est une première dans les Expés Cissou.

Dormir à Pueblo nous avance pour la route du lendemain et permet à Francis de renouveler son stock pluriannuel de chemises western. Nous essayons désespérément de trouver un restaurant mais il faut se rendre à l'évidence : à part un bouiboui mexicain, on ne trouve que des fast-food où les locaux ne prennent même pas la peine d'entrer, se servant au drive-in.
Mais nous allons prendre l'habitude des solides petits déjeuners américains, sucré + salé.

si fueris alibi, vivito sicut ibi (A Rome, vis comme les Romains !)
So long, pals !
Kat & Cissou


Author : Katryne
Cultures

Cultures

Billet d'Amérique N° 3, où il est question d'agriculture

Le dimanche 27, une petite expédition au parc national des Grandes Dunes de Sable. Bon, c'est bien parce que c'était sur notre route. Trop de monde, et pas assez de places pour les voitures. On a donc vu de loin.

En repartant, nous avons traversé de grands espaces où l'agriculture a eu été, mais n'est plus ce quelle était. Fermes abandonnées, ranchs à vendre, tracteurs qui rouillent, des kilomètres de wagons abandonnés sur des tronçons de voie ferrée envahis par l'herbe.

Et par dessus tout ça, le sable qui avait été fixé par les surfaces cultivées, reprend ses droits et recouvre peu à peu ces vestiges de civilisation agricole. Le sable qui pourra de nouveau, poussé par ce vent cinglant qui balaie la vallée de San Luis, faire grandir les grandes dunes coincées au pied de la montagne. Désolant, démoralisant, désespérant. Que peut-on faire contre le désespoir ?

Et bien, il se trouve que la seule activité en développement dans la vallée de San Luis pourrait être le cannabis, au vu des diverses échoppes, (pardon, de cabinets de thérapie par les herbes, de Green Medecine, quoi) qui ont poussé sur le secteur. C'est aussi de l'agriculture, après tout. Il me semble que le Colorado a été le premier état US à autoriser l'usage thérapeutique du cannabis.

L'échoppe de Ridgway, au pied des montagnes, s'offre même une enseigne en néon clignotant vert en feuille de canabis. Ainsi qu'un grand panneau, à la manière des stations services, qui affiche le tarif selon le poids et la mention : dernier point de vente avant les prochains 100 miles.

Le lundi 28 mai, ce Memorial Day, nous avons enfin pu retrouver ce Colorado que nous aimons tant et avec une population conforme à notre conception du Far West, en densité comme en qualité.

Partis d'Alamosa, nous avons suivi le Rio Grande sur 190 km, en remontant vers sa source. Dans la plaine, il était canalisé et permettait l'irrigation de ces grandes cultures circulaires de céréales et de pommes de terre. Plus haut, son cours puissant et tumultueux, tellement pittoresque, a favorisé la reconversion d'anciennes villes minières (la ruée vers l'or !) en sites de villégiature semi-montagnarde.

Lotissements chicos ou à thème, avec, sur la rive du Rio Grande, des maisons de bois comme le jeu de construction de notre enfance. Mais aussi des villages de "cabins", des campings, des sites de pêche à la ligne, des promenades à cheval ou des randonnées montagnardes. Et des paysages !

Creede revêt le charme désuet des communautés nature et branchées de la côte Ouest, héritières des hippies, mais en version village de montagne un rien désuet, avec des boutiques colorées de souvenirs et de brocante. Mais l'épicerie la plus proche est à cent bornes. Pas étonnant que les ricains se ravitaillent dans des formats "collectivités" et qu'ils ont des congélateurs proches du mètre cube!

La route parcourue dans les montagnes était en soit une attraction digne d'intérêt, mais nous parvenons enfin à l'objectif officiel du jour, le Black Canyon of the Gunnison river.

Parc national pour ces gorges noires si étroites, si profondes, que le soleil n'y pénètre guère, ce qui donne à ces roches sombres un caractère tragique et impressionnant.

Tous les canyons de l'Ouest américain se comparent au Grand Canyon du Colorado : Chelly, Grand Canyon de Yellowstone et maintenant ce canyon noir de Gunnison, mais ils ont tous leur personnalité et on sait pas les départager, car dès qu'on s'y trouve, on est saisi, tellement impressionné par le grandiose de la situation, que le vocabulaire se limite à des ahhh et des ohhh. Si vous pensez que c'est facile d'établir un podium, il n' y a qu'une façon de faire partie du jury : venir tester sur place.

Voilà voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Demain, nous reprenons la route de la montagne pour ce Colorado du Sud.
Kat & Cissou


Authors: Cissou, Kat, Kat & Cissou, Katryne
Les cow-boys de Dolorès

Les cow-boys de Dolorès

Alors là, les amis, j'en suis encore toute esbaudie : imaginez-vous que mon organisateur de voyages à-moi-que-j'ai se prend à improviser ! Lui, le Grand Planificateur, qui travaille ses parcours 6 mois à l'avance, s'était déjà permis de changer d'hôtel dès le 2e jour. Et voilà pas que pour aller de Montrose à Fruita, il refuse de prendre la voie rapide qui nous y mènerait en 2 heures de temps. Et hop ! une incursion de 300 km dans le sud profond du Colorado. Et j'avoue qu'il en fut bien inspiré.
Ridgway, ça veut dire route des crêtes. Ce village du piémont des Montagnes de San Juan (oui oui, pour ceux qui suivent, c'est bien le Ridgway de l'échoppe à la feuille verte), fondé en 1890 autour de mines d'or et d'argent, est adossé à une impressionnante falaise.

On n'a même pas idée qu'un passage pourrait exister, on essaye de résister aux sollicitations têtues de notre GPS, mais il insiste, on lui cède et la piste se dévoile. Raide, mais efficace, puisqu'en quelques virages nous voilà au sommet, sur le plateau. Un plateau immense, riche d'eau et d'une végétation presque exubérante. Culture, élevage, ruisseaux et petits lacs, chaque ranch a son étang. D'où peut bien venir toute cette eau ?

A l'autre extrémité du plateau, on commence à descendre les gorges de la Dolorès.

Et ça va bien durer 200 km, souvent tortueux, d'abord sur une route taillée à flanc de falaise, puis, arrivé au fond de la vallée, on va accompagner Dolorès au fond de son lit, qu'elle a creusé profond en quelques millénaires, avec des passages plus étroits où on la côtoie de tout près. A relecture, je m'aperçois qu'il pourrait y avoir une double ... lecture un rien grivoise. Et que le sexisme remonte insidieusement de notre inconscient même quand on cause des cours d'eau : les rivières sont excitantes, tumultueuses et capricieuses, tandis que les fleuves sont puissants et majestueux. C'était pareil avec les petits noms des ouragans, il fut un temps : toujours des noms de nanas.

On arrive bien tard sur Grand Junction, un rien affamés et en cherchant un peu, on tombe sur un bar-grill (sic). Du côté "bar" émane une atmosphère un peu bizarre avec ses lumières bleues et qui semble plus mystérieuse dès qu'on s'enfonce dans ses entrailles sombres. L'on opère donc une retraite stratégique sur le grill en terrasse, sous les parasols violets, car qui dit Grill, dit VIANDE et on voudrait bien goûter un de ces sirloins grillés américain. Waouh ! que ça fait du bien un bon morceau de bœuf grillé ! On était en manque, après 4 jours de salades de supérette.
Et là, l'on se régale, sans la moindre pensée pour les jolies petites vaches que l'on a rencontrées tout le long de la vallée de la Dolorès. Nos pièces de viande venant du Texas, on se sentait encore moins concernés. Car dans la vallée, on a rencontré des vaches partout, sur le bord de la rivière, dans le petit bois de peupliers, dans le coin de prairie verte (et ouverte aussi, sans clôture,"open range", qu'ils disent) ou même au milieu de la route, avec leurs petits, surtout des jeunes mères avec leurs veaux. On a même remonté un petit troupeau d'une trentaine de têtes qui trottaient allègrement sur le macadam, encadrées par deux vrais cow-boys sur des vrais chevaux, avec des vrais chapeaux et de vrais lassos, yahooo.


Un peu plus loin, on a vu que les bêtes (mères et petits) arrivaient par camions entiers depuis le ranch de naissage, étaient relâchées dans la nature et commençaient à divaguer sur la route, comme ça, c'est tout. La route est jalonnée de panneaux signalant la présence de bétail et barrée de "cattle guards", ces barrières horizontales que les vaches ne franchissent pas.

Grand Junction ne doit pas son nom à l'immense gare de triage où le bétail était embarqué sur les trains, après avoir été acheminé depuis la vallée de la Dolorès au Sud, par le col de Douglas au Nord. Non, junction ici signifie confluent : où la Green River rejoint le fleuve Colorado.
De Grand Junction, direction le Colorado National Monument, un parc national où la route du bord de la falaise nous fait parcourir 37 km pour joindre 2 points distants de 12 à vol d'oiseau. Comme dans toutes ces visites de canyons, on nous fait cheminer au plus près la découpe du plateau histoire de se faire peur en se penchant sur les abimes vertigineux (au sens propre pour certain hi hi hi) et de s'émerveiller des perspectives infinies.
Et l'on retrouve de point de vue en mirador les mêmes co-touristes, que l'on salue chaque fois d'un Hi again ou d'un Re-bonjour. Enfin presque toujours : quand nous sommes arrivés au dernier poste, il y avait bien la voiture, vide, et un sac photo posé sur la margelle, mais les 2 petits jeunes que nous avions croisés plusieurs fois, n'étaient pas là. Pas de sentier. Derrière nous, la route par laquelle on était arrivé, et devant rien que le vide, le silence et un grand mystère. Un peu plus loin, on a vu tournoyer 3 grands rapaces que les rangers du parc nous ont identifié comme des Turkey Vultures. Je vous laisse chercher ce que c'est et vous faire votre propre histoire. Je me contente d'énumérer des FAITS.

L'insolite du Colorado National Monument, ce sont ces autres canyons, suspendus comme une vallée haute, côtoyant les canyons plus profonds. Et puis les canyons du Monument sont moins tortueux et moins longs que leurs collègues, offrant des perspectives sur la vallée et au-delà vers ces montagnes qui nous séparent de la vallée de Douglas Creek.
A très bientôt, pour de nouvelles aventures. Enfin, peut-être. Mais jusqu'à présent nous avons su nous en sortir et comme nous sommes inscrits au fil d'Ariane pour signaler au Ministère des affaires étrangères les détails de ce voyage périlleux, on nous retrouvera certainement, même si ce n'est pas en un seul morceau.
Kat & Cissou


Author : Katryne